Ile de Sercq  

Sarq Island

L'île de Sercq (ou Sarq) a une superficie d'à peine 10 km². Malgré sa petite taille Sercq a connu une histoire mouvementé jusqu'en 1565.

Il semblerait que saint Magloire mit le pied sur l'île de Sercq au VIe. Venant de Bretagne. Il s'y établit avec 62 compagnons et fonda un monastère.

Les vikings y auraient fait quelques incursions et pillages au IXe.

En 1042 Sercq est donné à l'abbé du Mont-Saint-Michel   par Guillaume le Conquérant   . Quelques années plus tard Sercq dépend de l'évêché de Coutances   .

En 1336 l'île est envahie par des Ecossais ayant à leur tête un roi exilé David Bruce.

Deux ans plus tard elle est attaquée par les Français. Les moines l'abandonnent finalement en 1349 et elle devient une île maudite, repère des flibustiers.

En 1565 la reine Elisabeth accorde à Hélier de Carteret, originaire de Jersey, seigneur de Saint-Ouen, le droit d'administrer l'île sous réserve qu'il y installe une colonie de 40 familles pour la peupler et la protéger. Hélier divise la terre en 40 domaines ou "tenures" dont le nombre n'a pas changé de nos joues. Il devient ainsi le premier seigneur de Serq.

Depuis, la moitié de la population descend de la lignée qui colonisa l'île à cette date et Serq reste le dernier fief féodal britannique et européen qui maintient des traditions remontant à Elisabeth I : A la tête de l'île se trouve toujours un seigneur héréditaire. Actuellement il s'agit de Michel Beaumont, petit fils de Sibyl Hathaway. De l'époque féodale, le seigneur a gardé certains privilèges comme le droit de colombier et le droit de posséder une chienne.


d'Argent à la croix de Gueules cantonnée de deux léopards d'Or en chef


Argent a cross gules with two lions passant guardant or in chief



copyright © Jean-Marc Frénéa 1997,1998